Exposition

Bilan de la Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2017

Working Promesse - Les mutations du travail

Exposition Panorama des mutations du travail - Biennale Internationale Design Saint-ÉtienneExposition Panorama des mutations du travail - Biennale Internationale Design Saint-Étienne ©PierreGrasset
Catégorie : Exposition
Publié le : 15 Avr 2018

Une Biennale qui performe...


Un public et des événements toujours plus nombreux

Pour cette 10e édition de la Biennale, 230 000 visiteurs ont été accueillis sur les sites proposés, soit 10% de plus qu'en 2015. 75% viennent de la région Auvergne-Rhône-Alpes, 22% sont des visiteurs « nationaux » ; le visitorat international représentant 3%. Parmi les visiteurs de la région, 66% viennent de Saint-Étienne Métropole, 8% sont issus des autres communes du département de la Loire et 26% du reste de la région Auvergne-Rhône-Alpes (hors Loire).
La thématique de cette édition autour des mutations du travail, sujet en prise avec les questions sociétales a réussi à fédérer les publics.
La diversité des lieux d'expositions proposés participe à la hausse de fréquentation. Au total, la Biennale s'est déclinée dans 18 lieux IN dont la Cité du design, les musées de la ville (Musée d'Art et d'Industrie, Musée d'art moderne et contemporain, Puits Couriot / Parc-Musée de la mine, l'Ancienne École des Beaux-arts - La Serre), le Site Le Corbusier, la Comédie de Saint-Étienne, l'Office de Tourisme de Saint-Étienne, l'Hôtel de Ville de Saint-Étienne, la Gare de Châteaucreux, l'EPASE, le Fil, la Ville de Saint-Chamond, etc. Une Biennale plus ambitieuse que les précédentes, avec 10 expositions sur le site Manufacture, représentant 10 000 m² de surface de visite.

En 2017, la programmation OFF a vu son offre s'étendre avec 121 lieux proposés ( 25% par rapport à 2015). La pluralité des propositions est l'un des facteurs de succès du OFF, avec des expositions, des performances, des spectacles, etc. Un succès renforcé par le lien avec la thématique qui inscrit cette programmation OFF comme un élément fort de la Biennale, et par la mobilisation des porteurs de projets au-delà du territoire stéphanois (11% des projets étaient situés hors de Saint-Étienne).

On comptabilise 2 500 visiteurs internationaux grand public. La Belgique représente le nombre le plus important de visiteurs cette année, suivie par le Royaume-Uni et l'Allemagne. A noter une affluence importante de visiteurs venus des États-Unis, liée à la présence de Détroit dans la programmation de la Biennale. Ces données démontrent la solidité de l'événement et confirment son statut d'événement incontournable du territoire, pour les stéphanois comme pour tous les publics accueillis.


L'accompagnement de tous les publics

Près de 20 000 scolaires sont venus visiter la Biennale en 2017, répartis comme suit : 1 862 primaires, 2 907 collégiens, 12 765 lycéens, 1 970 étudiants de l'enseignement supérieur et 267 périscolaires. Le public scolaire, comme le grand public et les professionnels ont été nombreux à choisir les visites guidées pour découvrir la Biennale (1100 visites ont été conduites par les médiateurs de la Cité du design), véritable atout pour appréhender le propos des diverses expositions. À noter que certains médiateurs sont par ailleurs des étudiants de l'ESADSE et que des visites en LSF ont également été organisées. Le Bus magique, dispositif original de médiation, a également rencontré un fort succès avec 5 parcours élaborés pour découvrir des projets design sur le territoire ligérien. Ces rendez-vous offrent aussi au public l'opportunité d'échanger avec les designers et les porteurs de projets. Au total, ce sont plus de 20 lieux visités, 150 participants et des bus qui affichaient complet pour chaque parcours.


Une forte empreinte de l'ESADSE

Avec un thème ouvrant au futur dans l'acception large du design, les étudiants se sont sentis directement concernés et cette 10e édition a confirmé le rôle historique et central de l'École dans l'événement. 125 étudiants de l'École se sont investis dans la Biennale, dont 33 qui ont contribué au montage des expositions et 7 mobilisés pour la médiation. L'École était présente dans 15 expositions, a organisé 11 événements dont les Open Days (les journées portes ouvertes de l'École avec 400 visiteurs sur 2 jours), ou les Journées Entreprises (15 représentants d'entreprises), qui démontrent l'implication de l'École dans le milieu économique et sa volonté de créer des passerelles durables entre étudiants et professionnels. Les étudiants ont également animé le OFF avec 7 projets présentés aux publics. 8 écoles ont par ailleurs répondu à l'appel à projet lancé par l'ESADSE auprès des écoles françaises et européennes et a permis d'accueillir 350 étudiants venus de toute la France, de Belgique et de Suisse.


Une Biennale qui innove


Une multitude de propositions

Cette 10e Biennale s'est voulue ouverte et interactive, permettant au public d'en être partie prenante et de découvrir une autre vision du design. Lors de cette édition, le visiteur pouvait devenir :
- Un figurant, à l'occasion du film Dents de Scie d'Olivier Bosson (tournage pendant la Biennale 2017, 400 figurants)
- Un habitant passant la nuit au Lucky Larry's Cosmic Commune de Jerszy Seymour
- Un auditeur actif d'une des nombreuses conférences organisées dans les espaces d'exposition
- Un participant aux différents Labos® proposés par les entreprises pour expérimenter les produits et services de demain
- Un(e) étudiant(e) qui participe aux workshops, comme ceux conduits par T&P Work Unit de Catherine Geel
- Un témoin attentif d'un des nombreux spectacles théâtraux créés pour l'événement par la Comédie de Saint-Étienne
- Un participant, dans le public, aux concerts de la programmation Biennale.

Au total, ce sont plus de 500 événements qui se sont déroulés sur les différents sites où s'est déployée la Biennale 2017.


Un territoire qui s'approprie la Biennale


La Biennale 2017 a reconduit l'expérimentation Banc d'essai et a une nouvelle fois démontré l'impact du design dans la ville. 21 projets ont ainsi été installés dans la ville de Saint-Étienne, permettant aux stéphanois et aux visiteurs de passage de tester le futur du mobilier urbain. Ces propositions facilitent la rencontre entre des designers et des entreprises pour imaginer et créer du mobilier urbain innovant. Parmi ces projets, 9 émanent de la région Auvergne-Rhône-Alpes, 2 sont portés par des participants internationaux (Espagne et Pays-Bas). Par ailleurs, les étudiants de l'ESADSE ont collaboré avec une entreprise ligérienne, Rondino, pour créer deux bancs expérimentaux. Banc d'essai a pour but de participer au renouvellement de la commande publique et 7 objets sont actuellement en cours d'étude d'achat afin de pérenniser l'expérience.

Parce que la Biennale innove à chacune de ses éditions, en 2017, la Rue de la République du Design est venue enrichir le panel d'expériences proposées aux publics. 14 locaux commerciaux vacants ont été réinvestis pendant la Biennale. Au total, ce sont 39 porteurs de projets qui se sont appropriés les pas-de-porte de cette rue. 23 600 visiteurs se sont rendus Rue de la République du Design.
Une fréquentation importante qui témoigne de l'intérêt du public pour cette expérience, dont la diversité des propositions ont permis de mettre en lumière le potentiel des locaux et la redynamisation d'une des artères principales de la ville. Pour la clôture de la Biennale, un brunch design avait été organisé avec des acteurs locaux, rassemblant 1 500 personnes pour un moment festif. Un succès qui pourra perdurer avec la prolongation de ces rendez-vous tout au long de l'année.


Une forte visibilité de la Biennale

400 journalistes ont été accueillis à la Biennale du 8 mars au 9 avril. À l'occasion du voyage de presse (du 8 au 10 mars), 135 journalistes locaux, régionaux, nationaux et internationaux ont couvert l'ouverture de la Biennale, avec la découverte des expérimentations sur le territoire, de la programmation IN sur le site Manufacture, des musées et des lieux OFF. Près de 1 350 retombées presse relatives à la Biennale ont été recensées depuis l'annonce de la thématique (décembre 2015). La thématique des mutations du travail a eu un très large écho dans les média, démontrant l'intérêt des journalistes pour l'implication du design dans les sujets sociétaux. Les média locaux ont participé à la réussite de cette édition avec la mise en place de plateaux délocalisés (Activ Radio, RCF), des rubriques dédiées (La Tribune Le Progrès, L'Agenda, France 3 Saint-Étienne, TL7, Le Petit Bulletin, etc.).

Les média nationaux se sont fortement intéressés à la Biennale, avec des reportages diffusés sur TF1 (JT 20h Week-end), France 2 (Télématin), France 3 (19-20 délocalisé). La presse internationale a également couvert la Biennale, 14 pays ont relayé cette 10e édition.
Parce que la Biennale se veut numérique dans tous les domaines, la couverture médiatique a été renforcée grâce au concours de l'Office de Tourisme et de Loire Tourisme qui ont organisé un InstaBiennale à destination des influenceurs. Cette opération a appuyé la présence de la Biennale sur Instagram avec la venue de 19 influenceurs. Les réseaux sociaux sont un fort vecteur de visibilité pour l'événement. Facebook et Twitter, outils essentiels pour toucher un public jeune, ont permis de fédérer à la fois en France et à l'international (relai important avec les réseaux de Détroit). La Biennale se décline également en vidéos, avec plus de 110 000 vues pour celles réalisées en interne.
À noter la forte présence des blogs, comme « A ticket to ride » qui sont venus à Saint-Étienne pendant la Biennale et dont la vidéo (en partie sur l'événement) a généré près de 400 000 vues. Par ailleurs, pour la première fois, un plateau TV « Biennale live » a été mis en place en partenariat avec Orange, 9 émissions WEB TV thématiques ont été conçues avec divers invités et diffusées en live et en replay (multicanaux).


Une Biennale de troisième génération


Une dimension internationale plébiscitée

3e biennale de design créée en Europe (1998), la Biennale constitue un rendez-vous singulier dans le champ du design européen et a attiré 500 professionnels internationaux. Commissaires, exposants et nombreuses délégations sont venus à la découverte du territoire pour s'inspirer des expositions et du positionnement design de la ville, pour dialoguer et envisager de nouveaux projets. 2017 sera marquée par une plus forte participation asiatique (composée de 115 chinois, 24 coréens, 15 japonais), par une importante participation américaine (80 pers) et européenne (200 pers).
Un riche programme avec les villes UNESCO de design sur le thème de « la ville au travail, la ville inclusive » a donné lieu à des échanges fructueux soulignés par les participants et le représentant de l'UNESCO. Détroit, désignée Ville Créative fin 2015, était l'invitée d'honneur de cette édition, avec pour objectif de démontrer qu'une ville peut se reconstruire en soutenant le petit entrepreneuriat et l'économie créative, en plaçant l'art et le design au coeur de sa croissance économique. Pari réussi pour la Cité du design et ses partenaires : Detroit Creative Corridor Centre, Public Design Trust, Akoaki, Detroit Afrikan Funkestra et Créative Many Michigan ont fait venir 73 personnes à la rencontre du territoire, certains pour la première fois en France. Designers, architectes, directeurs et professeurs des Écoles de design, entrepreneurs, représentants de la ville, artistes, musiciens, étudiants et fermiers urbains, ont participé à l'événement. Détroit a fait partager l'expérience d'une ville résiliente, au coeur des mutations du travail, donnant lieu à des rencontres avec les acteurs locaux et internationaux.
Les 14 interventions musicales, 9 tables rondes, et le programme spécifique des fermiers urbains ont donné une vibration particulière à la Biennale pendant les 2 premières semaines.

13 villes Unesco de design étaient présentes pour suivre cette 10e édition dont Nagoya (Japon), avec 2 expositions à Saint-Jean- Bonnefonds et un espace de travail partagé rue de la République qui a obtenu un vif succès. Une expérience européenne au coeur de Saint-Étienne avec Human Cities_Challenging the city Scale Saint-Étienne 2017. Les 12 partenaires européens du projet piloté par la Cité du design de 2014 à 2018 étaient réunis pour découvrir les expérimentations conduites par les acteurs locaux de Saint-Étienne dans 2 quartiers (Crêt de Roch et rue de la ville - Beaubrun) comme la ballade urbaine, les 2 expositions Human Cities dont l'une au centre de la Rue de la République du Design et l'action pour investir les espaces vacants et tester des nouveaux modes de travail ont renforcé l'image de Saint-Étienne comme territoire d'innovation et véritable laboratoire créatif.

Une Biennale tournée vers les entreprises

La Biennale, c'est aussi un lien fort avec les entreprises. 46 événements ont été organisés par la Cité du design et ses partenaires à destination des professionnels : concours, conférences, ateliers, réunions entre réseaux d'entreprises, etc. Autant de propositions qui permettent de créer des dynamiques entre les acteurs du territoire et des réseaux de design. Une semaine a été consacrée aux entreprises, la semaine professionnelle (labellisée Semaine Nationale de l'Industrie), qui a elle seule a recensée 800 participants, 70 intervenants et animateurs (dont 8 internationaux, et représente une quarantaine d'entreprises comme EOVI Mcd mutuelle, Le Groupe La Poste, A-SIS, Dassault Systèmes, Astrée Software, AREP, Clextral, etc.).

Cette 10e édition témoigne de l'engagement de la Cité du design auprès des entreprises, avec près de 10 000 professionnels accueillis pendant le mois de la Biennale. 420 entreprises ont activement participé à ce rendez-vous en s'inscrivant dans les expositions de la Biennale ou au travers d'expérimentations.
Les Labos® ont également contribué au succès de la Biennale en proposant au public une expérimentation inédite. Pour cette édition, ils se sont faits mobiles, implantés au coeur des expositions et 19 entreprises sont venues soumettre leurs produits/services aux usagers (Michelin, Sigvaris, Weiss, EDF, Le Groupe La Poste, etc.).
Plus de 6 350 retours utilisateurs ont été recueillis ; ils permettront aux entreprises participantes d'optimiser leur conception. Cette expérimentation s'est déclinée dans toute la ville, comme le Living Lab Santé & Bien Vieillir (rue de la République) qui a reçu 2 000 usagers ou l'expérimentation de la nouvelle station de tramway pour Saint-Étienne Métropole sur le parvis de la gare en vue du déploiement de ce futur  concept pour la 3e ligne de tram.
Par ailleurs, une convention d'affaires, le Forum Bonjour Brand, a également attiré 80 entreprises chinoises, venues à la rencontre de 60  designers, dans le but de créer de nouvelles opportunités professionnelles. La Biennale compte également sur ses 51 entreprises partenaires, dont 16 nouvelles pour cette 10e édition.

La recherche au coeur de la Biennale

Le Pôle recherche de la Cité du design, en charge de la direction scientifique de cette 10e Biennale, a construit une base de réflexion, soumise aux différents participants, commissaires invités, etc. Les intervenants ont souhaité exposer les dernières innovations en matière de mutation du travail, mais aussi proposer des expérimentations qui ont placé la Cité du design en tête de la réflexion sur les écosystèmes innovants.
Le Pôle recherche a également poursuivi ses programmes durant la Biennale, en permettant la rencontre de 150 partenaires établis ou en cours de prospection. Ces échanges se sont également déclinés avec des entreprises potentielles de partenariats en recherche en design sur des thématiques précises (RATP, la Fabrique de la Cité, Sentinelle, etc.). La Biennale a aussi été l'occasion pour la Cité du design de conclure une convention de recherche avec la société SAUR (gestion des services publics des collectivités) sur le thème : Les formes de la relation clients : quels enjeux pour les innovations ?